L'hommage de Toulouse à Carlos Gardel

Bien que sa culture soit argentine, sa langue espagnole, que sa célébrité universelle repose sur son oeuvre d'auteur-compositeur-interprète en Amérique du Sud, le créateur du "tango argentin" chanté est né  Charles Romuald GARDES le 11 décembre 1890 à l'Hôpital de la Grave à Toulouse de Berthe, lisseuse de profession, et de père inconnu.
Il a passé les deux premières années de son existence au 4, rue du Canon d'Arcole, avant que sa mère n'émigre en Argentine. Il a acquis une renommée internationale en composant et interprétant  des "tangos argentins" immortels.
Décédé prématurement le 24 juin 1935, des suites d'un accident d'avion survenu non loin de Medellin en COLOMBIE, sa gloire est toujours immense et quatre-vingt-cinq ans après sa disparition il est rentré dans l'histoire culturelle sud-américaine.

Sa ville natale lui rend hommage au-travers divers monuments érigés dans le quartier Compans-Cafarelli, à côté de la maison où il a vécu ses premières années.

Sur la porte d'entrée de la maison du 4, rue du Canon d'Arcole, une plaque en marbre rappelle le souvenir de l'artiste.
Dans le jardin public voisin "Compans-Cafarelli", un monument commémore sa carrière ; cette grande stèle porte son portrait en bronze et rappelle sa vie et son oeuvre. Sur le socle sont apposées des dédicaces de particuliers qui lui rendent hommage dans toutes les langues. 
Le 30 juin 2018, a été inaugurée par le Maire de Toulouse, la statue en pied en bronze, de taille réelle, de Carlos GARDEL, oeuvre du sculpteur Sébastien Langloÿs, exposée sur l'Esplanade Compans-Cafarelli sur le très passant Boulevard Lascrosses,  à quelques mètres du jardin public et de sa maison d'enfance. Elle est fixée à même le sol et les touristes viennent se photographier aux côtés du grand homme, que certaines enlacent en esquissant un pas de danse passionné avec lui.
Enfin, n'oublions pas que la ville de TOULOUSE a confié au peintre et sculpteur niçois Raymond Moretti (1931-2005) l'honneur d'illustrer de son talent deux millénaires d'histoire de la ville,  avec 29 tableaux de 2.5 mètres sur 3.10 mètres, qui ornent depuis leur inauguration en 1997 les plafonds des prestigieuses arcades de la Place du Capitole ; Carlos GARDEL y figure en bonne place, sous le numéro 21, aux côtés d'autres éminentes personnalités locales, telles Jean Jaurès ou Claude Nougaro pour le XXème siècle !