• 01 garonne
  • 02 brienne950
  • 03 chartreaux950
  • 04 dalbade tympan950
  • 05 daurada950
  • 06 embouchure950
  • 07 jeanbaptiste
  • 08 pontsjumeaux 950
  • 09 ostaldeistjacques950
  • 10 sernin nord950
  • 11 sernin tympan950
  • 12 bazacle
  • 13 panorama depuis pont catalans
  • La Garonne : Vue du fleuve dans sa traversée de Toulouse depuis le quai St Pierre
  • Canal de Brienne : Il coule sur 1,7 kms entre Port de l'Embouchure et la Garonne, en contournant la jetée du Bazacle
  • St Pierre des Chartreux : Sculptures de François Bachelier (le fils de Nicolas), encadrant le portail d'entrée rue Valade
  • La Dalbade : Tympan de céramique de Virevent, d'après le "Couronnement de la Vierge" de Fra Angelico
  • La Daurade : Edifiée sur l'emplacement d'un temple romain, la première basilique de la chrétienté consacrée à Marie
  • Port de l'Embouchure : Carrefour stratégique où se rejoignent et communiquent les trois canaux des "Deux Mers"
  • Dome de St Pierre des Chartreux : La statue en cuivre de St Jean Baptiste protège la ville depuis le Dôme des Chartreux
  • Les Ponts Jumeaux : Points de rencontre du "canal du midi", du "canal de brienne" et du "canal latéral" sur le port de l'embouchure ; avant la construction de la rocade, ils constituaient l'entrée du Stade Ernest Wallon, auquel ils avaient donné leur nom en parler toulousain
  • Hôtel Dieu St Jacques : A la fois Hôpital pour les malheureux et halte de repos et de soins des "Pèlerins de Saint Jacques"
  • Basilique St Sernin : Le côté nord de la Basilique St Sernin, chef d'oeuvre de l'art roman, plus grand édifice roman de la chrétienté
  • St Sernin - Porte Miègeville : Le tympan de la Porte Miègeville par laquelle les Pèlerins débutaient leur parcours initiatique de prières et de culte des reliques saintes dans la Basilique
  • Chaussée du Bazacle : Obstacle naturel à toute navigation sur la Garonne vers les ports toulousains et les sources Aranaises du fleuve
  • Vue depuis le Pont des Catalans : Depuis le Pont des Catalans, vue de la Chaussée du Bazacle, des quais et ports sur Garonne, Dôme de la Grave à St-Cyprien

Jean Jaurès

jaures "J’ai le goût le plus vif pour la langue et pour les oeuvres de notre midi, du Limousin et du Rouergue au Languedoc et à la Provence. J’aime notre langue et j’aime la parler”.

Jean Jaurès, La Dépêche (27 septembre 1909)

Proverbes occitans

lune " Dimècres luna, cada cent ans n'aurem pron d'una "

" Lune du mercredi, chaque cent ans une suffit "

perboscRecueillis par A.Perbosc

Anniversaires

dins 16 jorns
sylvain (34) offline
dins 23 jorns
maite (64) offline
dins 28 jorns
florent (33) offline
dins 50 jorns
aline (31) offline
dins 63 jorns
dins 74 jorns
carole (37) offline
dins 75 jorns
bernard (62) offline
dins 102 jorns
ginette (90) offline
dins 108 jorns
alain (62) offline
dins 128 jorns
annick (64) offline
dins 159 jorns
dominique (60) offline
dins 161 jorns
laure (30) offline
dins 163 jorns
patrick (63) offline
dins 168 jorns
martine (62) offline
dins 172 jorns
dins 174 jorns
aime (89) offline
dins 176 jorns

Lo nostre acent

 Andriu LAGARDE, Professeur Poète, disait  :

"l'accent, c'est la musique d'une langue dont on aurait oublié les paroles !"
Si je parle français, mon accent révèle qu'en plus du français, je suis aussi dans une autre langue : une langue cachée ".
Pour nous toulousains, c'est l'occitan qui parle en nous, qui revient presque inconsciemment à la surface "

Accueil

TOULOUSE par Fernand BRAUDEL

Quel plaisir que de baguenauder dans les vieux quartiers de Toulouse, découvrir à chaque occasion sous un jour nouveau les merveilles architecturales léguées par l'histoire ; les observer, les photographier, en étuder sans prétention académique ni pédantisme mondain l'histoire toujours passionnante qui nous raconte la vie des gens, partager avec les autres ses découvertes et ainsi les enrichir de leurs propres lumières.

L'un des plus grands historiens du XXe siècle, le mosellan Fernand Braudel (1902-1985) a écrit de Toulouse, dans son ouvrage-testament, "Identités de la France" :

La seule grande ville de l’intérieur, en-dehors de Paris, est Toulouse. Malgré des poids terriblement inégaux des deux villes (hier et aujourd’hui), ce rapprochement semble à la réflexion, avoir sa logique. Ne s’agit-il pas des centres de gravité des deux plus vastes bassins sédimentaires de France, le bassin Parisien et le bassin d’Aquitaine ? Toulouse est favorisée par sa position géographique, face au Massif Central, à la Méditerranée, aux Pyrénées, à l’Espagne et à l’Atlantique. Une région céréalière proche et riche équilibre sa vie. La Garonne peut se comparer à la Seine, même si la comparaison ne tourne pas à son avantage. La ville a aussi, des siècles durant, dominé le monde composite et culturellement doué du Languedoc. L’histoire la favorisant, sa langue, comme la langue de l’Ile-de-France, aurait pu conquérir de vastes espaces, au-delà du Rhône comme vers l’océan. Toulouse, un Paris qui n’aura pas réussi ? Aujourd’hui, prendrait-elle sa revanche … ?
Ces idées paraîtront, sans doute, insolites. Et pourtant ne rejoignent-elles pas l’essentiel, je veux dire, une fois de plus, la coexistence de deux Frances, celle d’oil et celle d’oc ? Est-ce Paris qui a infériorisé, tué à distance la ville de la violette, comme elle a maintenu sous le boisseau Orléans ou Reims, ces rivales du Nord où l’histoire de France aurait pu trouver son centre de gravité … »

Edifiée sur la rive droite de la Garonne, Toulouse est riche d'une histoire bi-millénaire, dont les Romains furent l'un des premiers acteurs, constituant la ville un verrou stratégique entre "Narbonnaise" et les Barbares qui vivaient au Nord, sur l'axe vital entre Méditerranée et Atlantique dont elle était la clé. Ils honorèrent cette "civitas" de la citoyenneté romaine ; ils la dotèrent d'impressionnants remparts qui marquaient l'importance attachée à l'une des principales Cités d'Occident.

Puis ensuite capitale de l'immense Empire Wisigoth, qui s'étendait jusqu'au sud de la péninsule ibérique, elle a donné naissance sur les ruines des temples romains aux premiers édifices chrétiens, comme la Basilique "La Daurada", la première consacrée à la Vierge Marie après que le Concile d'Ephèse l'eut proclamée "Mère de Dieu" en 431, où venait prier Alaric selon le culte "aryen" déclaré hérétique par Rome, qui lui couta d'être vaincu par Clovis, fraîchement converti au catholicisme par St Remy, à Vouillé en 507

stilbo

 

Patric

patricPatric"Es un país quilhat entre mar e montanha
A l'odor de rasim farigola e castanha
Lo vent d'autan i bufa amb la tramontana
Lo roge e l'aur i dansan lo sèr sus la plana."

Patríc, cantaire
"Gachola" 

La Talvera : Lo meu païs

bramadisMon país resplandís
De mila cantalenas
Que dança a l’infinit
Un pòble de serenas
Finta plan mon país
E n’a ni dieu ni mèstre
Es un caval que corrís
Sens tralhas ni cabèstre.

Album "Bramadis"
Ecouter sur YouTube

 

Occitania

occitania70La lenga d'òc es polida,Es una istòria, Es una escòla, Es una escritura
La lenga d'òc es una fèsta, Se dança, Se canta, Se sauta
La lenga d'òc es una pintura, Ont i a una avelana, Una castanha, Una oliva
Es per aquò que m'agrada

(in Caminant, ed. Cardabelle)

Occitania par Patric